Le cheval islandais

Le cheval islandais est une race unique (Hestur en islandais) qui n’a subi aucun croisement depuis son introduction en Islande à la fin du 9e siècle.

Les premiers Vikings qui ont colonisé l’Islande ont apporté leurs meilleures montures et au fil du temps les chevaux se sont adaptés aux conditions de vie austères en Islande.

Façonnés par la nature islandaise, faite de désert de glace et du Feu des volcans, ils sont à son image : tenaces, indépendants, fiers, capable de déployer une puissante énergie lorsqu’il laisse s’exprimer le feu qui les habitent. Ils sont aujourd’hui environ 80 000 sur l’île (1 cheval pour 4 habitants !) et ont la particularité d’avoir conservé des caractères ancestraux de robustesse et d’endurance. Le cheval islandais est petit (entre 1,35 m et 1,45 m au garrot) et très résistant. Ils a été, des siècles durant, le seul moyen de transport et de locomotion sur l’île. En hiver, il se pare d’un épais pelage typique de la race qui lui permet de supporter le froid, le vent et la neige. Le cheval islandais présente une grande variété de robes, avec plus de 40 colorations de base et plus de 100 variantes officiellement reconnues. Les troupeaux de chevaux en Islande sont donc très bariolés !

Ce qui caractérise aussi le cheval islandais, ce sont ses allures. Traditionnellement, un cheval connaît 3 allures (le pas, le trot et le galop), mais le cheval islandais en connaît 2 de plus : le « tölt » et le « skeid ». Le « tölt » est un amble latéral à 4 temps qui allie harmonieusement vitesse et confort : c’est un trot extrêmement doux et rapide à la fois. Le « skeid » (amble volant), est un galop particulièrement rythmé (amble latéral en 2 temps) permettant d’atteindre quasi 50km/h ! Le cheval ne pose que très furtivement les sabots au sol : il semble voler…

Inscrivez-vous aux Nouvelles du vent