Islande, désert de glace et volcans

Désert de glace et de volcans situé entre le 63e et le 66e de latitude nord, l’Islande vit une intense activité volcanique manifestée par des éruptions volcaniques fréquentes, de très nombreux volcans et déserts de lave, de la boue et de l’eau en ébullition, sous la forme de solfatares et de geysers. 

On dénombre 130 volcans en activité en Islande, et plus de 200 cratères… pour une île dont la superficie est moins de 5 fois celle de la France !

Le point culminant de l’île (2110 m), Hvannadalshnjúkur, est situé sur le Vatnajökull, plus grand glacier d’Islande, et le plus vaste d’Europe (8100 km²).

Plus de la moitié du territoire islandais est dépourvue de végétation terrestre (juste de rares plantes) et les étendues d’eau (lacs, rivières et lagunes) ne couvrent que 2 % de la surface du pays. L’Islande est un désert de glace (environ 12 % du territoire islandais), d’étendues de roches volcaniques nues (environ 23 %), de terrains à végétation très éparse (environ 13 %) et de sables (environ 3 %).

L’Islande est d’un grand intérêt quant à l’étude de sa biodiversité, de sa flore en particulier. D’origine volcanique, elle n’en est pas moins par endroit très vivante et très verte. Ses sols basaltiques subiront une érosion qui permettra à la vie, végétale comme animale, de s’installer au fil des années. C’est donc le lieu idéal pour observer et comprendre l’évolution d’une roche nue et stérile à des sols capables d’abriter une flore et une faune riches et variées.