Gengis Khan, premier empereur mongol

Gengis Khan, né Temüjin (né en 1155-1162 et mort en 1227), fut le premier empereur du peuple mongol et l’un des meilleurs généraux de son époque. Encore aujourd’hui, il est considéré comme l’un des plus grands chefs militaires de l’Histoire.

Gengis Khan est incontournable lorsque vous partez en voyage en Mongolie !!!

Le nom même de Mongolie évoque immanquablement cette figure majeure et emblématique qu’est Gengis Khan. C’est lui qui fonda le plus grand empire de tous les temps : l’empire mongol

Il est précieux de connaître un peu l’enfance de Gengis Khan.

Temujin naît de l’union de Hö’elün et Yesügei, chasseur au faucon et chef de la tribu des Borjigin, vers 1155-1162, au cœur des steppes mongoles, dans l’actuelle province du Khentii. Le peuple mongol est alors exclusivement nomade : ils vivent en yourtes et se déplacent au gré des pâturages pour nourrir leurs troupeaux de chevaux, moutons, chèvres, yaks… A cette époque, la Mongolie est constituée d’un grand nombre de tribus, alliées, ou rivales.

Quand Temujin a 9 ans, son père Yesügei négocie son futur mariage avec Börte, la fille d’un chef de clan voisin, le clan Onggirats. Yesügei décède quelques temps après, victime d’un empoisonnement par la tribu rivale des Tatars (Yesügei avait lui-même tué un chef tatar du nom de Temujin !). Ainsi, Temujin (Gengis Khan) devient chef de la tribu des Borjigin. Certains des membres de la tribu expriment rapidement leur opposition au fait d’être guidés par un enfant et se soulèvent : Temujin, sa mère Hö’elün, ses 3 frères et sa sœur sont alors purement et simplement abandonnés par la tribu dans les steppes mongoles ! La famille est dans une situation extrêmement critique, sans troupeau, sans tribu pour les protéger, et sans rien à manger. Temujin décide de s’élancer dans le steppes mongoles pour rejoindre le clan Onggirats et retrouver sa promise : il l’épouse vers 1181, ce qui lui redonne un statut social. Ses qualités de diplomate, d’habile politicien et de puissant guerrier lui permettent d’obtenir le ralliement de plusieurs chefs de clans mongols. Vers 1195-1197 il se fait élire Khan (empereur). En 1202, il vainc les Tatars, et en 1206, il unifie tous les clans mongols et se fait élire Gengis Khan, empereur universel de Mongolie.

En 1211, il déclare la guerre à la Chine, mais ses troupes se retrouvent bloquées au pied de la grande muraille de Chine. Gengis Khan et ses troupes se voient contraints de contourner la muraille et passe par la Mandchourie. En 1215, après un long siège, Gengis Khan prend Pékin, ses troupes massacrent la population, renversent la dynastie Jiin et rasent la ville.

Ainsi, au début du 13e siècle, en une vingtaine d’années, les troupes de Gengis Khan fondèrent l’empire mongol en initiant la conquête de la Chine (en sa partie Nord) et démantelant l’Empire musulman en Asie centrale. Les successeurs de Gengis Khan poursuivirent l’expansion de l’empire mongol, en particulier son petit-fils Kubilaï Khan (1215-1294) qui réussit là où son grand-père échoua : il conquit la Chine et fut le premier empereur de la dynastie Yuan en Chine. En quelques années, ses troupes menacèrent les contrées s’étendant de la Hongrie, à l’Égypte et jusqu’au Japon. Il régna ainsi sur l’un des plus vastes empires de tous les temps, composé de la majeure partie de l’Asie (incluant la Chine), la Russie, la Perse, le Moyen-Orient et l’Europe de l’Est.

C’est la personnalité même de Gengis Khan qui permet de comprendre la conquête d’un tel empire. Le charisme du conquérant mongol et l’instauration d’une méritocratie au sein de l’armée (et non en fonction de l’appartenance sociale) lui permirent de bénéficier d’une loyauté inconditionnelle de la part de ses soldats.

Une discipline de fer fut également l’une des clés de voûte des exploits de l’armée de Gengis Khan.

Un voyage en Mongolie, est indissociable du nom de Gengis Khan et le peuple mongol de Mongolie est indéniablement forgé par la mémoire de ce conquérant hors du commun.