Mythe fondateur du peuple mongol

En Mongolie, il est dit que le peuple mongol vient de l’union d’un loup bleu « Borte Tchino » et d’une biche blanche « Ko’ai Maral ». Ainsi commence une extraordinaire histoire d’amour.

L’histoire de Borte Tchino et Ko’ai Maral, fondatrice du peuple mongol, sera sans nul doute évoquée lors d’un voyage en Mongolie.

Le loup avec son courage, sa force, son endurance, et la biche avec sa douceur, son intuition, son élégance forment un couple complémentaire. Selon les lois de la nature, l’un devrait détruire l’autre mais le chasseur et la proie se rencontrent et s’aiment. Dans cet amour, il n’y a rien de bien ni de mal mais celui-ci est si fort qu’il modifie les lois de la nature. Le couple venant d’une région éloignée à l’ouest et après avoir traversé un vaste lac, fixe son campement dans les steppes mongoles, à la source du fleuve Onon, dans les monts Burquan.

C’est dans cette même région de steppes mongoles que serait né et enterré Gengis Khan, le premier empereur du peuple mongol, figure majeure et incontournable au cours d’un voyage en Mongolie.

De leur union, naît l’ancêtre de tous les Mongols de Mongolie : Batachi-qan.

Le loup bleu, Borte Tchino, représente le symbole du Ciel et père de tout le peuple mongol. La biche, Ko‘ai Maral, symbolise la pureté, la beauté et la terre nourricière.

Puis il y eut une femme en Mongolie : Alan Gua. A mi-chemin entre Batachiqan et Gengis Khan (21 générations les séparent), Alan Gua (Gua signifie Beauté en mongol), donna naissance à 2 enfants dans sa vie d’épouse, puis veuve, enfanta 3 enfants. La mythologie mongole évoque l’apparition par le toit de la yourte d’un visiteur auréolé de lumière : le Père des 3 cadets. Les 5 fils sont les ancêtres des clans mongols, et Gengis Khan un descendant de l’un des cadets.

Un voyage en Mongolie, c’est aller à la rencontre du peuple mongol, des mythes et légendes de Mongolie, de l’histoire de ce pays, de l’infini des steppes mongoles.