Voyage dans le Sahara algérien mythique

Un voyage dans le Sahara algérien est un voyage au cœur d’un espace sans limites, célébré comme étant le plus beau désert au monde !

Le Sahara algérien est un immense désert qui couvre 2 millions de km² soit la quasi-totalité du territoire algérien (90 % du pays) et abrite un peu plus de 10% de la population algérienne.

Légendaire et mythique, le désert algérien est un enchevêtrement minéral démesuré où reposent des joyaux de sable et de roches ciselées par un vent enchanteur, des forteresses de grès, des gueltas d’eau claire surgissant dans l’aridité de profonds canyons, des pics volcaniques livrant un combat sans fin aux dunes.

C’est toute la diversité du Sahara que nous approchons lors d’un voyage dans le Sahara algérien : c’est le royaume des regs, terres montagneuses aux vastes étendues pierreuses, des ergs, étendues de dunes de sable, des hamadas, ces plateaux calcaires ou gréseux ponctués de cratères, des tassilis (plateaux), des sebkhas (dépressions couvertes de sel) et des serirs (plateaux couverts de rocaille)… des massifs volcaniques et des oasis qui parfois surgissent dans ces terres époustouflantes.

Un voyage dans le Sahara algérien est une plongée dans une terre grandiose où le mythique côtoie le mystique.

Dans le Sud-Est du Sahara algérien, deux haut plateaux règnent en maîtres : le Tassili N’Ajjer et le Hoggar.

Voyage dans le Sahara algérien : le parc culturel du Tassili N'Ajjer
Voyage dans le Sahara algérien : le parc culturel du Tassili N’Ajjer

L’oasis de Djanet est la capitale et porte d’entrée principale du Tassili N’Ajjer. Située à 1050 m d’altitude, à l’Est de l’Erg Admer, l’oasis étale ses maisons blanches et sa palmeraie alimentée par l’oued Idjeriou au pied des falaises du Tassili N’Ajjers. Ainsi cernée par l’erg Admer et la majestueuse Tadrart dont les sables rouges sont éblouissants de mystère, la région se prête à la perfection à l’itinérance en randonnée chamelière dans le dédale de canyons d’Esssendilène, gueltas insolites, arches gothiques de Tikoubaine…

Environ 20 000 personnes vivent à Djanet, l’une des principales villes du Sud-Est algérien : ils sont quasi-exclusivement Touaregs algériens et parlent la langue touarègue d’Algérie, le Tamahaq. Djanet est aujourd’hui l’un des berceaux de la culture touarègue, on y trouve d’ailleurs un très riche et authentique artisanat touareg. Et c’est à Djanet qu’est célébrée la fête de la Sebeiba, du premier jour de Mouharram (premier mois du calendrier de l’Hégire, calendrier lunaire musulman) jusqu’au dixième jour (appelé Achoura). La fête de la Sebeiba est inscrite par l’Unesco à la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité : Le rituel et les cérémonies de la Sebeïba dans l’oasis de Djanet, Algérie

Le Tassili n’Ajjer est un immense plateau de gré qui s’élève à plus de 1000 m d’altitude et culmine à 2158 m (au sommet de l’adrar Afao). Il se situe pour sa majeure partie dans le Sud-Est algérien et s’étend au Sud-Ouest de la Libye. Il est classé depuis 1982 au patrimoine mondial de L’Unesco : https://whc.unesco.org/fr/list/179/

Il est réputé pour ses vagues dunaires qui se succèdent les unes aux autres, ses canyons ocres et ses gorges verticales dissimulées entre pitons et arches vertigineuses (on dénombre plus de 300 arches dans le Tassili !), ses tours de gré et ses aiguilles rocheuses… un relief minéral où la douceur des dunes et la pureté des lignes contrastent avec les tourments de la pierre.

Le Tassili N’Ajjer est aussi désigné comme le plus grand musée à ciel ouvert d’art rupestre préhistorique sur Terre. Ce ne sont pas moins de 15 000 peintures et gravures rupestres qui y sont répertoriées et qui témoignent de l’évolution de la faune, de la flore et de la vie humaine au Sahara.

Les œuvres les plus anciennes sont datées de 12 000 avant JC et évoquent le temps du Sahara vert, ce temps où le Sahara était une savane luxuriante peuplée de grands mammifères : éléphants, buffles, girafes, antilopes. Des scènes de chasse sont aussi représentées. La période 7000 – 4500 avant JC est la période pastorale : l’homme peint des bovidés, et le Sahara vert s’est progressivement transformé en une terre aride. La gravure rupestre de « La vache qui pleure » à quelques kilomètres de Djanet symboliserait ce changement climatique. Puis viennent le temps où le cheval fut introduit (période caballine) puis la période des Garamantes et enfin la période caméline (introduction du chameau !).

C’est au sein même du Tassili N’Ajjer que fut construite la plus grande cité troglodyte au monde : la cité de Séfar. Véritable ville de pierre composée de plusieurs milliers de maisons, découverte en 1950 par l’explorateur Henri Lhote, Séfar est en elle-même un joyau d’art et d’architecture. Les murs sont ornés de gravures et de dessins rupestres de toutes tailles : girafes, rhinocéros, buffles, et des scènes représentant des personnages, des rituels, des scènes de chasse, des batailles de guerriers… et les célèbres et mystérieux pétroglyphes (dessins gravés dans la pierre) encore à ce jour énigmatiques, représentant des créatures ni Animal ni Homme…

Un extrait du film « L’Algérie vue du ciel » de Yann Artus-Bertrand évoque Séfar : vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous :
Sefar, le plus grand musée à ciel ouvert du monde en Algérie

Voyage dans le Sahara algérien : gravure rupestre de La vache qui pleure, non loin de Djanet
Voyage dans le Sahara algérien : gravure rupestre de La vache qui pleure, non loin de Djanet

Les regs, vastes étendues pierreuses, sont parfois bordés d’ergs (dunes), de hamadas (plateaux calcaires ou de grès ponctués de cratères), de serirs (plateaux couverts de rocaille), de tassilis (plateaux) ou de sebkhas (dépressions couvertes de sel) que nous approchons en randonnée chamelière. De rares oasis ponctuent quelquefois ces terres lunaires du Sahara algérien.

Tamanrasset, à 1400 m d’altitude, se situe à 2050 km au sud d’Alger. Grande ville aux ruelles ombragées par les tamaris et aux horizons de montagnes bleues, elle est bordée au nord par l’Atakor, véritable cœur du Hoggar. Cette montagne sauvage et volcanique culmine à 3000 m et se pare de dômes et d’aiguilles volcaniques. En randonnée chamelière ou en randonnées au Sahara algérien la découverte de ce massif est une expérience inoubliable et hors du commun.

Au cœur du Sahara algérien, le tassili du Hoggar, somptueux dialogue minéral entre le sable et la roche, invite à un émerveillement permanent.

Djanet, à 1050 m d’altitude et à environ 700 km à l’est de Tamanrasset, étale ses maisons blanches et sa palmeraie au pied des falaises du tassili N’Ajjers. Cernée par l’erg Admer et la majestueuse Tadrart dont les sables rouges sont éblouissants de mystère, la région se prête à la perfection à l’errance en randonnée chamelière dans le dédale de canyons d’Esssendilène, gueltas insolites, arches gothiques de Tikoubaine, sables flamboyants…

Timimoun « la Flamboyante », située au sud du Grand Erg Occidental dans la région du Gourara déroule un long chapelet d’oasis verdoyantes, de ksour mystérieux (57 ksour entourent Timimoun !), de dunes magnifiques et de villages authentiques.

Les randonnées au Sahara algérien sont toujours guidées par une équipe locale de Touaregs algériens.

Inscrivez-vous aux Nouvelles du vent